Portugal 2016

Voici le récit de nos presques 5 semaines de congé à l’été 2016 avec pour destination principale le Portugal !

1er jour : jeudi 23 juin 2016 :

1er arrêt. Il fait chaud. Le chien s’est promené et a bu (et s’est jeté dans l’eau cachée entre les blés … faute de surveillance correcte mais on ne voyait pas l’eaaaaaaauuuu !!!!). Les humains mangent de la glace (vive le petit magasin locavore qui nous accueille).

2ème jour : vendredi 24 juin 2016 :

Après une nuit ave full moon fortunesc plus de moustiques qu’en Guyane : 2eme étape. On n’avance pas vraiment vitesse grand V.
On ira au zoo de Beauval demain alors que c’était prévu aujourd’hui.
Pour aujourd’hui c’était farniente et boulot à la ferme. De quoi donner envie d’aller élever des chèvres dans le larzac !
En fin de journée … Virgilus est parti aider l’exploitant au nourrissage ; puis on est allés le rejoindre à la traite à laquelle l’agriculteur a initié les enfants.

3ème jour : samedi 25 juin 2016 :

Aujourd’hui zoo de Beauval !
Le zoo est très beau et le spectacle de fauconnerie absolument émouvant.
On a eu la chance de voir le panda en étant tous seuls ! Merci les copains de bon conseil.

Après la visite, on a voulu aller remettre Oscar d’aplomb (vider les eaux sales, remplir en eau propre). La borne du village nous a laissés en rade … pas d’eau propre !
On a donc opté pour la formule « aux grands maux les grands remèdes » et on est allés négocier à l’aire d’accueil des gens du voyage ! Accueil chaleureux et Oscar aimablement rempli pour les douches du soir.

Les photos « IPhone » de cette troisième journée sont visibles juste après et les photos des photographes (le papa et Erinne) sont sur une page à part entière.

Du 4ème au 7ème jour : du dimanche 26 juin 2016 au mercredi 29 juin 2016 :

Installés depuis dimanche soir dans la Pointe de Grave, au dessus de Bordeaux, coin que nous affectionnons particulièrement.
Les enfants profitent de la plage, le chien aussi. Activité badminton et/ou thalassothérapie. La vie est belle pour commencer les vacances.
On va se pencher un peu (enfin) sur notre itinéraire Espagne – Portugal …

Regardez comme Oscar est bien installé !!!

8ème jour : jeudi 30 juin 2016 :

Grosse journée de route (+ de 500 kilomètres), on traverse l’Espagne …
Pause parking près de Burgos, à Briviesca en Espagne 🙂
On est seuls ! Dîner en plein soleil : chorizo et tortillas et …. salade car comme dirait ma fille « maman dit que c’est la bâaaaase » !!
Fond sonore match de foot entre mômes.
Demain on file vers Salamanque.

9ème jour : vendredi 1er juillet 2016 :

Nous avons quitté ce matin notre aire tranquille rejointe uniquement pour la nuit pour filer vers Salamanque. Les routes sont belles, avec un petit air de Route 66 (enfin je dis ça … on ne l’a jamais vue ! mais bon).
Splendide ville classée au Patrimoine mondial de l’Unesco. C’est vraiment joli. La pierre des façades est la même partout, de couleur sablonneuse, venant de la carrière de Villamayor. Et les piétons sont rois, ce qui est très agréable.

Contre toute attente nos deux ados ont réclamé un tour de petit train touristique, que nous avons accepté de bonne grâce. Restait à savoir si le chien pouvait se balader en petit train … question avec les mains, réponse avec les mains aussi : OUI. Elle a ADORE hihi !
Bon, évidemment, on a tout refait à pied ensuite puisque que comme chacun sait (pour ceux qui ont des mômes), on ne voit strictement rien d’un petit train touristique !!!

Chaleur étouffante (+ de 30°) … je sais, vous n’allez pas nous plaindre … surtout qu’on a évidemment mangé des glaces aux parfums renversants : tarte à la fraise notamment … ou un incroyable choix virgilesque d’un parfum bleu canard dont le nom espagnol est « nube » (glace nuage …). On ne saura jamais …
Erinne est restée sur une double vanille. Si quelqu’un a besoin un jour d’une étude doctorante sur les parfums vanille par delà les frontières, Erinne vous dira. Elle ne prend jamais rien d’autre …
La rédac’ en chef s’est aussi trouvé un chapeau … on vous l’a dit, il fait chaud !
Et par chance Bamboo sait boire à la bouteille (non, ce n’est pas de l’Evian !)

L’endroit auquel on était arrêté étant à notre goût inadapté pour la nuit (pleine ville et pour ainsi dire sur un rond point), on a roulé vers un endroit plus tranquille auquel nous pouvions « faire les services » (mettre de l’eau propre etc). Et c’est là que l’aventure espagnole commence …
Pour rappel, ni Romain ni moi ne parlons un traitre mot d’espagnol. En ça, les vacances de l’année dernière étaient plus faciles, je vous le dis ! Nos pensées vont régulièrement à Domi qui revient de Chine profonde ! (on fait pareil : photo sur l’iphone et regard ahuri … et on attend les explications dans une langue inconnue, c’est génial).
Le robinet d’eau prévu sur notre petite aire tranquille n’est pas aux mêmes normes qu’en France (et qu’à l’aire d’hier d’ailleurs). Romain qui devient sociable en voyage a décidé d’aller causer au club de pétanque d’à côté, au cas où ils auraient un adapteur, ou juste l’eau courante …
Il s’est fait un pote (de 94 ans) vachement sympa. Après 30 min de papote (si si … en espagnol d’un coté et français de l’autre), papy (Pedro) est monté dans Oscar et nous a emmené chez son quincailler à 15 bornes … en plein centre ville d’un bled paumé aux ruelles moins larges qu’Oscar mais papy ne se rendait pas bien compte ! Je cite : « Avanti avanti !!! »
Ensuite, il était bien avec nous et est resté assis sur le banc à faire la papote avec Virgile, apprenant sur le tas cette jolie langue. Puis il est parti brusquement à 21 h pétantes parce que je cite « miam miam signora ».
Comme on est the best, on a trouvé (enfin merci papy) l’embout et on a pu faire le plein d’eau. Douches et apéro …

10ème jour : samedi 2 juillet 2016 :

Départ de Salamanque pour Plasencia, au nord de Caceres.
But poursuivi : la ville de Plasencia elle-même, charmante et ses piscines naturelles. Baignade hyper agréable, et ce d’autant que le thermomètre, au centre de l’Espagne, affiche 40° !
Pour profiter avec nous des piscines :

Notre stationnement près les piscines étant assez urbain (pour ne pas dire désagréable), on a profité de l’heure espagnole pour quitter les lieux vers 19h … et traverser le parc naturel de Monfragüe. Y niche 10 couples d’aigles royaux et 200 couples de vautours. Paysages magnifiques. Oscar arrêté en pleine voie (tout est relatif, on vous rassure) et les voitures nous contournant aimablement en nous saluant, on a profité un max de cette nature à portée de roues : falaise, eau d’un bleu profond et vol d’aigles et de vautours. Spectacle de haut vol.

Comme il était interdit de stationner dans le parc naturel (on était tentés quand même einh …) alors on l’a traversé, et on a choisi comme point de chute le parking du cimetière à Turrejon El Rubio. On aurait pu penser l’endroit calme … pas du tout ! Circulation devant le cimetière pourtant très reculé de la route, musique au beau milieu de la nuit (ah les mauvais esprits !). Mais on a malgré tout bien dormi, et Lydie en a profité pour faire quelques photos de ce lieu dont elle a apprécié les couleurs.

11ème jour : dimanche 3 juillet 2016 :

Il a fallu jouer à chifoumi la visite ou non de Séville. Finalement, pas de Séville ! On le fera lors d’un voyage en avion. Comme toujours, nos voyages en camping-car ont un gout de grand large, de paysages et de nature. La tribu n’a pas envie de se poser en ville (sauf mention spéciale pour Berlin l’année dernière) et « faire Séville en 1 jour » ne nous dit rien de rien !!!
Donc : Oscar sur la route de Faro. C’est là qu’on a fait grimper le thermomètre à 51° lors de la pause repas. On suffoquait un peu !
Faro étant trop loin, nous nous sommes arrêtés à Punta Umbria pour la nuit le long de la route des plages.

Difficile de trouver une place agréable pour la nuit ; on a pas mal tourné avant de réussir à se poser à 22h30 !

12ème jour : lundi 4 juillet 2016 :

Passage de la frontière … nous voila enfin au Portugal !
On est installés près de Faro, un peu à l’Ouest, sur une plage près d’Almancil.
Personne ne nous déloge (aucun panneau d’interdiction), et on est seuls !
Demain, on reste là. Photos à venir !

13ème jour : mardi 5 juillet 2016 :

Comme prévu, on est restés sur cette plage ! Bière, glaces, soleil … le pied !
Le soir dodo au même endroit … trop fantastique.

14ème jour : mercredi 6 juillet 2016 :

On est partis pour visiter l’église d’Almancil, entièrement décorée d’alzujeros.
Franchement joli mais aussi ridiculement petit et assez attrape touristes …
Photos interdites. Pour les curieux, allez voir ici.
Photo prise au grand angle ! Ça fait au mieux 30 m2 au sol.
On avait ensuite décidé d’aller au marché local. On a atterri dans un premier temps au marché le plus fréquenté mais c’était un marché pour touristes avec seulement des sacs à main contrefaits et autres bijoux merdiques. On a demandé notre chemin pour le marché alimentaire tout de suite et nous voici (après recherche d’une place pour se garer en ville !) mélangés aux locaux pour acheter quelques tomates et quelques cerises, divines (les deux).
Arrêt à Silves, dans une aire très bien aménagée spécialement pour CC. On était 3 ! Et avec le wifi pour bosser siouplè !

15ème jour : jeudi 7 juillet 2016 :

Visite de Silves et de ses ruelles.

Jus d’oranges pressé au pied du château (miam).
On est ensuite allés se poser sur une plage hippie (sic) le paradis sur terre …
Les bateaux en plastique des enfants sont partis avec le vent. On s’en veut ! V’là deux merdouilles de plus sur le 8ème continent …
On a décidé de dormir ensuite au pied de la forteresse de Sagres, point le plus au sud de l’Europe, avec des falaises dignes du Finistère et des plages lagon bleu.
Tellement beau qu’on a recommencé vendredi !!! Et que je suis allée courir dans ce décor de magazine dès vendredi matin.

16ème jour : vendredi 8 juillet 2016 :

Bis repetitam et bonus plage de Beliche. Mais aujourd’hui, on a été victimes d’un vent terriiiiiible !!! Sable cinglant.
Les photos de Sagres :

17ème jour : samedi 9 juillet 2016 :

Si on n’avait pas risqué de s’envoler, on serait sortis, cette nuit, arrimer Oscar tellement le vent soufflait fort …
Ça s’est calmé en fin de nuit et nous avons pu profiter de la journée sereinement. Nous avons quitté Sagres pour Odeceixe. 50 kms à peine, et 1 heure et demie pour y aller. Route de « montagne » escarpée, dont le bitume est abimé par les racines des arbres. Heureusement qu’Oscar roule en 16 pouces.
Les 4 derniers kilomètres (faits en compagnie agréable d’une Allemande et d’un Irlandais faisant du stop et parlant allemand, et s’étonnant que nous le parlions nous même sans être Alsaciens !!) permettent de rejoindre la plage coté rivière. Si si …
La plage est coincée entre la rivière et l’Océan, la première se jetant dans le second.
Du coté où on avait décidé de se garer avec Oscar, il fallait patauger dans la rivière pour rejoindre la plage. Charmant à l’aller … sportif au retour !! La marée était montée, et on a dû rejoindre notre camping car en retraversant avec l’eau à mi-cuisse. Sinon, pour faire le tour, c’est 10 kms ! hihi.
Le soir on est allés diner au restaurant surplombant la plage. Non seulement le diner était divin, mais en plus on a pu profiter du coucher de soleil sur l’océan. Renversant !
Regardez un peu comment c’est fichu et ce qu’on a mangé, ainsi que les petites rues du centre ville, toutes décorées (pour la finale ?) :

Et là :

Pour ceux qui connaissent, il y a aussi une photo de boites aux lettres groupées, qui évoquent celles de Guyane, en plus organisées …
On est restés pour la nuit, et on reste demain. On a trouvé un pti café restaurant pour savourer la finale France – Portugal, au Portugal !!!

18ème jour : dimanche 10 juillet 2016 :

On n’arrive pas à décoller du Portugal Sud, tellement maGGGGnifique ! Comme on est dans des coins sauvages et sans touristes, c’est difficile de partir. Du coup, on est toujours à Odeceixe.
Cette fois, on a changé de campement, et on a fait en CC les 10 kms qu’on risque de faire à pied si on s’y prend trop tard pour traverser la rivière ! On est donc installés face à l’océan, le paradis.
Après midi plage (c’est rude) et soirée mémorable au café Adeline pour suivre en direct le match France – Portugal. Le diner était divin (encore) et l’ambiance très bon enfant, avec aucun touriste, et des Portugais pour le Portugal, des Franco-portugais pour la France … et nos voisins qui nous traduisaient la carte.
Photos de l’ambiance, et de nos plats :

Demain, on file vers Villa Nova de Milfontes, à peine plus haut mais apparemment tout aussi splendide.

19ème jour : lundi 11 juillet 2016 :

Petite journée logistique sans intérêt pour nos lecteurs …
On est installés à Villa Nova de Milfontes et on a fait luxe : camping ! Avec piscine, wifi et tout … et notamment machine à laver le linge. Même si on est habillés léger vu la météorologie, une p’tite lessive s’imposait. Virgile n’avait plus de tshirt et les serviettes commençaient à être sales.
Le camping est mal fagoté, et on s’est installés bien involontairement dans « le chemin ». Notre voisin devait faire un détour (5m) pour rejoindre sa toile de tente. Ça fait 3 semaines qu’on campe dans des endroits de rêve face à la mer mode baroudeur, avec au pire 2 voisins dans le même moule version chacun fait ce qui lui plait, et voilà qu’installés dans un camping, on fait frôler la crise d’apoplexie à notre voisin qui est venu nous voir deux fois et nous regardait avec mépris … On a déménagé (de 5 m) et il semble respirer de nouveau … ouf !
Bref, les enfants profitent de la piscine, Bamboo se remet de ses vacances et le linge sèche.
Parait que la plage par ici est belle aussi. On ira voir ça demain ; la journée est chargée !!!
Donc Pas de photo ! A moins que quelqu’un me supplie de faire paparazzi pour voir qui est le voisin …
Et fin de journée à la piscine, à laquelle Virgile s’est bien amoché, pauvre loulou … visez moi ça 🙁

20ème jour : mardi 12 juillet 2016 :

Ce matin, lever au clairon du camping … chien qui aboie, enfants qui piaillent, raffut des douches. L’enfer XXL pour nous. Je crois qu’on est sauvages …
On a rapidement quitté les lieux pour aller admirer ce qui était vendu par le fameux guide du routard comme « une des plus belles plages du Portugal », la praia do Malhão :

De fait. On reste plus fans de notre plage de hippies ou de celle d’Odeceixe, mais celle-ci est en effet splendide, immense. Lagon et Atlantique.
Le vent est trompeur, j’ai pris un méga coup de soleil à avoir omis de mettre de la crème alors que j’avais déjà été prévenue. Je vais me faire engueuler par ma copine Delphine, qui aura raison !
Ensuite, on a fini par se décider à quitter l’Algarve pour aller vers Evora, dans les terres. Semblerait qu’il y ait des mégalithes à voir, et de beaux paysages.
Ce soir, on s’est arrêtés au pif, sur un parking de routiers. Conversation : vous parlez français ? non … Do you speak english ? no … Arf … autocaravana dodo ? si !!
Sur la route on a croisé un transport de pastèques !
La suite au prochain épisode.

21ème jour : mercredi 13 juillet 2016 :

Ce parking de routiers était horrrrrriiiible ! D’expérience, les routes au Portugal sont sans circulation ou presque la nuit … c’était sans compter que c’est parce que tous les véhicules sont sur celle-ci ! Si on y ajoute les chiens errants qui aboient, vous imaginez notre nuit.
On n’a donc pas fait long feu le matin à repartir vers Evora. On y est arrivés vers 11h, et on a décidé d’aller visiter de suite cette ville fortifiée. Assez surprenant de trouver un temple romain (de Diane) en pleine ville … ; la place aux arcades est très jolie et les ruelles pittoresques.
On a voulu diner en dehors des fortifications dans une cantine de grillades de poulet, mais les chiens n’étant pas acceptés (pas de terrasse), on a rebroussé chemin. Affamés (et assoiffés par 40°), on s’est arrêtés sur la place aux arcades. Repas nourrissant mais sans autre intérêt (spécial touristes).
Vers 15h on a donc posé nos arpions dans un camping à la ferme tenu par des Hollandais installés là depuis 40 ans. On n’a pas été déçus par l’aspect « à la ferme » comme Romain et moi connaissions déjà d’un vieux road trip de quand on était jeunes ! Une sorte de « Portugal Passion » (cf les arrêts chez les agriculteurs qui nous accueillent en France appelés « France Passion »). Sanitaires plus que rudimentaires, vaisselle à l’eau froide & Co. Ça tombe bien, on est autonomes avec Oscar !
Accablés par la chaleur, on est restés là jusqu’à la nuit et pour la nuit.
Voici Evora en photos :

22ème jour : jeudi 14 juillet 2016 :

Suite de la visite des environs d’Evora, toujours sous une température accablante (30° dès 10h du mat’) : les mégalithes. Une sorte de Bretagne où on a chaud … !!
Menhir, dolmen et cromlech. Il faut être aventurier et avoir de bons pneus ! Le chemin pour voir tout ça est en terre et/ou sable et blindé de nids de poules.
Au premier panneau d’indications de menhir, on a été bluffés ! Le guide du routard nous vendait 92 menhirs dans une forêt de chênes liège. On n’a pas raté les chênes, mais au bout du chemin à finir à pied : un seul et malheureux menhir de même pas 2 m de haut … On était un peu coi.
Mais on est pugnaces, et on est allés au spot suivant : cromlech. Bien plus sympa.
Le suivant, un dolmen, était un peu décevant, mais bon, la Bretagne au Portugal, c’est pas tous les jours, alors on est des voyageurs contents.
Présentation des cailloux :

Ensuite, on avait le choix entre sieste moite et prendre la route avec la clim’ …
Alors on a pris la route pour Monchique ! Bourgade thermale nichée dans les montagnes (altitude 900m).
En effet, on a changé notre programme et décidé d’aller passer du bon temps de nouveau dans le Sud plutôt que de continuer notre (légère) ascension vers le Nord. On ne pourra pas visiter Lisbonne car les chiens sont interdits dans les transports au Portugal et que laisser Bamboo dans le CC par ce temps serait assassin. Alors, comme de toute façon on préfère les grands espaces aux villes, on est redescendus avec l’idée d’aller se vautrer à Odeceixe (rappelez-vous ! la plage océan / rivière) puis de rentrer par Porto.
Ce soir, on est à Monchique, installés dans une aire spéciale CC absolument renversante : piscine avec vue délirante, CC installé face à la montagne, calme absolu.

Une nana est installée là depuis 2 ans … elle était venue pour une semaine. Elle nous a donné son avis sur le tourisme local, et nous conseille vivement les alentours de Lisbonne et pas trop Porto. Nous voilà replongés dans des abimes de réflexion !

Demain visite de Caldas de Monchique (non, Domi, on ne pourra pas aller aux sources chaudes pour deux raisons : 1) elles sont dans les thermes et non à dispo 2) on a trop chaud pour ça !!!) et de Monchique même.

23ème jour : vendredi 15 juillet 2016 :

Réveil difficile au son des attentats de Nice.
Après un petit déj agrémenté de pain frais livré aux occupants de l’aire (sur demande), nous sommes effectivement allés visiter Caldas de Monchique. Ridiculement petit mais trèèèèèèèèèèès agréablement ombragé (32° à 9h30) et une fois gravies les marches, source d’eau minérale à disposition ! Très fraiche et très bonne.
Ensuite, on avait décidé d’aller sur les hauteurs de Monchique pour bénéficier de la vue à partir de l’altitude de 900m, mais on n’a pas pris le risque d’y aller avec Oscar car la route était très étroite dès le bas du chemin et dans l’hypothèse (probable) où on aurait croisé un autre véhicule sur les 4kms de montée, il était bien possible qu’il y ait un souci … On en a vu d’autres en Slovénie, mais là, ça nous semblait trop aventurier. On a fait des photos du point de vue à 500m …
Et ensuite, on est repartis à nos premiers amours : Odeceixe et le bord de la rivière, d’où je vous écris …
En images ici :

Du 24ème au 26ème jour : samedi 16, dimanche 17 et puis aussi lundi 18 et surement un peu mardi 19 juillet 2016 :

Après avoir prévu de se poser ici 2 voire 3 jours … on est lundi, on est arrivés vendredi et on est fondamentalement vissés ici, au bord de la rivière d’eau salée qui monte et descend avec les marées.
On s’éclate question bouffe !
2ème essai au café Adeline (celui de la finale France-Portugal) : le riz aux fruits de mer est aussi bon les soirs sans foot. Bitoque pour les enfants (traduire escalope).
2ème essai au resto avec coucher de soleil : menu spaghettis fruits de mer. C’est un plat pour deux, on aurait pu être six. On a tout mangé … du respect pour le cuisto quand même ! Les enfants ont choisi du porc aux crevettes et se sont tout autant que nous fait plaisir.
Dans la rivière, on s’est mis à la pêche en famille. Pêche aux coques et aux palourdes. Après 54 rincages à l’eau de mer, et 2 ou 3 à l’eau précieuse du CC, une p’tite dose de vin blanc, quelques tomates et un peu d’oignon, on s’est régalés … et on est retournés pêcher une deuxième fournée.
Bamboo se baigne allégrement. La présence de chardons sur un précédent spot lui a abimé la patte arrière droite (un chardon s’est coincé entre les coussinets). On prend soin d’elle, et elle guérit doucement, bien que sa patte soit à vif.
L’inaction nous fait penser qu’on a oublié de vous raconter deux choses sur le Portugal : plein de maisons abandonnées sur le bord des routes, c’est triste. Et des petites tornades de vent de temps à autre : une spirale parfaitement visible qui fait trembler Oscar. C’est étrange et très joli.
On va finir par quitter les lieux, après être passés par le petit magasin beatnik du « centre ville » dans lequel ils vendent plein de boucles d’oreilles et des bracelets tout à fait à mon gout !
A priori : parc naturel des alentours de Lisbonne et quelques spots de ces paysages mirifiques, et retour vers la France. A moins qu’on ne reste là et que nos lecteurs ne viennent nous rejoindre ?
Les photos :

27ème jour : mardi 19 juillet 2016 :

On a enfin quitté Odeceixe à marée très haute après avoir refait quelques photos de ce lieu inoubliable.

Après un sérieux nettoyage d’Oscar, et quelques emplettes pour le réfrigérateur, nous avons enfin décidé de remonter pour de bon vers le nord. Direction le parc naturel de Sintra Cascais.
Nous avons passé le pont de Lisbonne et la vue renversante

Puis nous avons poursuivis par les pénibles stations balnéaires aux plages bondées sur le bord de la route, et nous sommes arrivés au paradis des surfeurs. Un vent à décorner les bœufs ! Et une vue à couper le souffle, si j’ose dire ! hihi.
On s’est installés en haut de la falaise pour un repas à l’intérieur obligatoire, sinon les assiettes s’envolent ! Mais apéro face à la mer et au coucher de soleil. C’est t’i pas fantastique les vacances ??

Installés là en même temps que nous, une famille de Lillois avec lesquels on a sympathisé. Echange d’itinéraires puis comme les mômes en colo, de numéro de téléphones !
Après une nuit comme de juste très ventée, nous avons voulu visiter Sintra, mais à cause d’arbres mal taillés et d’autres tombés sur la route très étroite, nous n’avons pas pu accéder à la ville.

28ème jour : mercredi 20 juillet 2016 :

Le matin, on a décidé de braver le vent pour une séance plage … Bon, on ne vous cache pas que le vent a gagné, y compris contre notre cerf volant qui est cassé !
Après un repas pique nique, nous avons pris la route vers Obidos. Perspective lagune et ville médiévale.
Petit tour près de la lagune pour s’installer sur une aire spéciale CC en bord de lagune. Tu parles ! 60 campings cars parqués en plein soleil sur un endroit dépourvu de tout charme.
On est repartis aussi sec, et on s’est installés chez un particulier qui accueille les CC au bord de sa piscine dans la campagne de la lagune …
Le propriétaire en question est allemand. Allez, un peu d’exercice … Ça rappelle Berlin, et ça fait du bien !

29ème jour : jeudi 21 juillet 2016 :

Notre spot est petit, charmant et convivial. Christian, retraité installé dans le chalet du jardin du propriétaire depuis 2 ans fait des visites guidées pour le plaisir du sourire des gens … et nous voilà donc partis ce matin voir la lagune « selon lui ».
Et puis très naturellement, retour à l’aire pour aller chercher 4 autres voyageurs de l’aire pour aller déjeuner tous ensemble (si si … pour Romain, c’est la suite des aventures avec Pedro, en quelque sorte …) dans un restaurant improbable de bord de route dont le vrai nom est « Neptune » et où Anita, la gérante, sert – comme souvent au Portugal – des plats pour 12 quand on commande pour un pour une note finale de 32 € pour 4 (plat, dessert, boisson, café et tout !)…
Cet après midi, retour à la lagune pour manger une glace (plus pour la plaisir que par faim …) et admirer la lagune (ben oui, quand même).
Notre spot est suffisamment chouette pour qu’on y reste ce soir. C’est donc la boule au ventre pour la nature que nous avons « admiré » un hélicoptère à l’œuvre pour éteindre un feu de forêt visible de notre campement. Il a été vite éteint, mais quelques ares en moins malgré tout …
Demain, visite de la forteresse d’Obidos pour peu qu’aucun arbre ne nous prive de l’accès !
Ensuite, il est prévu de se poser près d’une cascade dans la Serra de Estrada conseillée par nos compatriotes lillois rencontrés près de Sintra, et ensuite, ce sera le début du retour au pays, qu’on veut faire en prenant notre temps tant ces vacances auront été reposantes (inutile de tout gâcher par un retour sur les chapeaux de roue).

30ème jour : vendredi 22 juillet 2016 :

Adieux difficiles avec notre hôte allemand extrêmmmmmmement bavard (et qui avait donc du mal à se taire pour nous laisser partir … !), puis visite d’Obidos. Belle surprise : c’était la semaine de la fête médiévale, avec marché et tout. Très séduisant, ce site. Les visiteurs peuvent se promener sur les remparts, laissés en l’état et donc non protégés d’éventuelles chutes. Paysage à couper le souffle, encore une fois.
Dans la ville, on peut boire pour 1€ dans une coupelle en chocolat l’alcool de griotte local, très réputé. Concrètement, ça revient un peu à manger un « monchéri » de qualité, et ne présente donc aucun intérêt ! Pour les amateurs d’alcool : bouteille de Porto à 6€ !
On s’y est promenés toute la matinée, et on a déjeuné sur place d’une pizza italienne délicieuse à la demande des enfants, et du père de famille, qui n’avaient plus envie de morue ou de bitoque …

Puis on a pris la route pour continuer notre ascension vers le nord. Pour nous, le chemin retour doit faire partie intégrante des vacances et on voudrait faire des petits trajets de 4 à 5 h par jour tout en profitant de nos lieux de passage.
Destination Poço do Inferno, bel endroit en montagne conseillé par nos compatriotes lillois. Ils ont eu raison de nous envoyer là, même si l’accès en CC était assez folklorique car la route particulièrement étroite, en montagne et sans aucun garde-fou !
Comme depuis le début de notre road trip, on a dormi sur le site même, ne dérangeant personne. Du coup, vue sur la Serra da Estrela du CC …
Questions nouvelles de la famille : le nez de Virgile se répare, pendant que Romain a trouvé utile de se fracasser un orteil, qui est tout violacé noir … heureusement, les filles sont en bon état.

31ème jour : samedi 23 juillet 2016 :

Réveil au son de la cascade, et balade auprès de celle-ci avec du temps pour faire de belles photos pour mon homme, ravi.

On a pris la route pour les environs de Zamora (Espagne) ensuite, décidés à regret à quitter le Portugal.
Là, nouvelle étape délirante : arrêt au pied (littéralement) des éoliennes, elles même surplombant la vallée, pour le déjeuner. De nouveau, belle séance photo !

Et puis arrivée dans la Province de Zamora, et installation au bord d’un lac. Dresser le top 5 de nos spots va s’avérer une compétition impossible tant on a pu profiter tout au long de notre séjour de vues exceptionnelles.
Baignade pour les enfants dans le lac : eau à t° ambiante … (28°).

32ème jour : dimanche 24 juillet 2016 :

016Après quelques photos du lac au lever du soleil, petit déjeuner au bord de celui-ci : café et PC pour rédiger nos aventures, dans la douce brise matinale.

Et après, voici le programme !!! : retour au Portugal ! Miranda do Douro. Grand tour dans la vallée du Rio Duero. Plutôt que de faire demi tour une fois au barrage auquel on a déjeuné avec vue sur le Duero (on s’est installés sur un chantier, les ouvriers n’y voyant aucun inconvénient et ayant l’amabilité de ne pas faire le moindre bruit), on a tracé notre route et fait la boucle jusqu’au second barrage, cumulant ainsi les images de carte postale.

Et c’est ensuite seulement qu’on a pris la route vers Burgos, dans la province de laquelle notre guide touristique à distance (alias Pierrette) nous a dégoté une autre jolie cascade, qu’on espère ne pas être à sec.
Seulement voilà, à force de trainer à regarder les paysages somptueux s’enchainer, on ne pouvait pas raisonnablement aller jusqu’à ladite cascade. On a donc jeté notre dévolu sur un bord de rivière à mi distance. Mais en arrivant, à l’évidence, ce bord de rivière appartenait à un agriculteur et on ne se voyait pas s’installer comme ça …
On a donc continué pour une aire classique à Burgos même. Mais là c’était vraiment trop classique, et craspouille en plus ; alors on a encore roulé une heure de plus, et on s’est réinstallés à Briviesca.

33ème jour : lundi 25 juillet 2016 :

Réveil tranquillou … Programme studieux, puis emplettes ! On n’avait plus rien à manger … et puis on ne va quand même pas rentrer en France sans avoir fait le plein de charcuteries (chorizo, jambon cru, etc).
Et ensuite, la cascade …
En fait de cascade, un lieu renversant perdu au milieu de nulle part dans la Valle de Tobalina. Accaparée par les autochtones, la plage de l’endroit fait au mieux 40 m2 et est littéralement envahie … mais la baignade y a l’air très très sympa. Nous, on a décidé d’y retourner demain matin (peut-être) et on est partis à Frias, à 30 minutes de là.
On crèche au pied du château médiéval, à 500 m d’une autre cascade, tout aussi belle – dans un autre genre – mais bien moins prisée (on y était seuls.

La suite de nos aventures demain, encore ! Il vous reste 3 jours à supporter nos mises à jour, et après, pour ceux à qui on manque, on est de retourrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr !!!

34ème jour : mardi 26 juillet

Ce matin, au réveil, premier jour de mauvais temps de nos 5 semaines de vacances !!!!! Vous y croyez ??? Bon, on comptait sur vous pour nous plaindre …
Mais, du coup, on n’a pas pu retourner à la cascade …
Départ vers la frontière alors … et passage par Irùn pour acheter du turon (nougat espagnol) : et du chorizo pour notre copain Béren !
On a de nouveau hésité à s’offrir un jambon entier … mais on a résisté. On avait acheté de beaux morceaux hier.
Les enfants sont contents d’être de nouveau en France (ah ce sacro saint réseau 4G), Romain satisfait de ses vacances et content de rentrer, et votre rédactrice a le cafard de quitter l’étranger mais néanmoins contente de retrouver sous peu ses terres … Nos récits deviennent moins palpitants, on roule beaucoup. Ce soir, arrêt dans les Landes. Après une tentative France Passion échouée (dame désagréable), on est sur le parking d’une église choupi à Ploucland (dixit Romain). Avouez que ce soir, c’est un comble …
Bonne nouvelle : on est à 2 min à pied d’une boulangerie. Et franchement, avoir une boulangerie accessible à pied et retrouver le goût du pain, c’est que du bonheur …
Quelques photos quand même, et surtout un panorama splendide sur la route entre Frias et l’autoroute.